Rechercher ...

Campagne MODIVO Celebrate Yourself : parce que l’amour, ça commence par soi !

 

S’aimer est le plus beau cadeau que vous pouvez vous offrir – pas seulement pour la Saint-Valentin ! MODIVO lance sa campagne Celebrate Yourself dans laquelle l’entreprise polonaise invite à voir l’amour dans un contexte plus large que les relations amoureuses. Progrès personnel, acceptation de ses imperfections ou célébration de son unicité : voilà les gestes simples qui devraient nous accompagner au quotidien. Nos héros et héroïnes que nous aimons pour leur caractère unique : Olivia, Julie, Magda, Paul et Jean vous prouveront qu’il est très important de cultiver son amour de soi.

Pour la Saint-Valentin, misez sur l’amour de soi !

Arrêtez-vous et posez-vous la question : est-ce que je m’aime ? Même aujourd’hui, alors qu’on parle de plus en plus de l’amour de soi, il nous arrive de ne pas penser à nos besoins et de faire quelque chose selon le désir des autres et non le nôtre. La campagne de MODIVO Celebrate Yourself vous invite à vous concentrer sur votre bonheur personnel et à être vous-même.

Olivia, Julie, Magda, Paul et Jean avec leur style individuel qu’ils n’ont pas peur de montrer, vous prouvent que c’est possible. Les looks colorés, les accessoires atypiques et l’énergie avec laquelle ils avancent dans la vie peuvent devenir une source d’inspiration pour commencer à suivre son propre chemin vers l’auto-acceptation. La beauté a plus d’une dimension !

Amour de soi : comment le pratiquer ?

Qu’est-ce que l’amour de soi et comment commencer à s’accepter soi-même ? Nous avons posé la question à une de nos héroïnes, Julie. Dans le cadre du projet “MOTIFS” elle fait les portraits photo de personnes atteintes d’albinisme, maladie qu’elle a appris à aimer d’abord chez elle. Dans son travail, Julie nous montre les différents visages du Beau. Elle nous a raconté son parcours vers l’auto-acceptation dans un court entretien.

La Rédaction : Pour quelle raison t’aimes-tu ?

Julie: C’est un mot fort, mais essayons ! Je m’aime pour ma curiosité du monde. Pour le fait d’avoir un corps qui me permet d’assouvir cette curiosité en voyageant, me promenant dans les montagnes, faisant du sport. J’ai des pieds qui me porteront où je le veux, un ventre qui me permet de me régaler ! Grâce à mes mains et à mes yeux, je peux prendre des photos, et grâce à mon ouïe j’ai découvert beaucoup de musique merveilleuse.

La Rédaction : Quel moment a été crucial dans le processus d’auto-acceptation ?

Julie : Il est difficile d’indiquer un moment particulier, mais les réseaux sociaux par exemple ont eu une bonne influence sur moi, surtout Instagram. Ça peut paraître paradoxal, car Instagram a fait du mal à beaucoup de personnes, les a rendues complexées mais moi j’ai à un certain moment fait attention qui j’observe et je n’ai gardé que les comptes qui me paraissaient avoir de la valeur et n’avaient pas de mauvaise influence sur moi.

La Rédaction : Est-ce que ce que tu considérais comme un défaut, tu le perçois aujourd’hui comme un avantage ?

Julie : Je n’ai jamais considéré mon albinisme comme un défaut, mais il y eut un temps où je ne l’acceptais pas complètement. Surtout vers la fin de l’école primaire et le début du collège : si à cette époque quelqu’un m’avait donné un médicament magique qui aurait pu faire disparaître mon albinisme, je l’aurais pris avec joie. Ce n’est plus le cas aujourd’hui ! Je ne voudrais pas que mon albinisme disparaisse. Ces petites taches que tu vois sont devenues une partie de ce que je suis. Certaines personnes ont des taches de rousseur, des cheveux blonds, bruns ou roux, moi j’ai ces ces taches. Je peux dire qu’elles sont un avantage car elles me distinguent des autres.

Rédaction : Comment définirais-tu en quelques mots le sens de l’auto-acceptation/amour de soi?

Julie : L’auto-acceptation consiste à accepter son physique et le fait que chaque corps est unique et exceptionnel. Il faut comprendre qu’il n’y a pas de corps “moins bons”. Qu’on soit atteint d’albinisme ou pas, qu’on ait une grosse ou une petite poitrine, des jambes droites ou tordues, 10 kilos en trop ou en moins, du moment que ça n’a pas de mauvais impact sur notre santé, tout cela n’a que peu d’importance. Il s’agit de se traiter soi-même de la même façon dont on traiterait sa meilleure amie.

La Rédaction : Merci Julie !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Insta News